Journée - JOUR 24

JOUR 24 2019-02-19 - Edessa - Chalcédoine (Grèce) 135 km.

Je quitte Edessa sans savoir vraiment où je vais. Le triporteur fonctionne parfaitement bien. Gagner directement Thessalonique ou faire un crochet par Virgina pour visiter le musée des tombes royales de Macédoine dissimulés sous un grand tumulus de 100 m de diamètre. Je choisi de rallonger ma route car je n’aurai peut-être jamais l’occasion de revenir voir ce site classé au patrimoine mondiale de l’Unesco. Le site archéologue est quasiment désert, peu fréquenté en cette période hivernale, ce qui facilite grandement la visite. Je suis impressionné par la beauté des lieux et surpris par l’énigme que diffusent les façades de marbre des chambres funéraires. Au-dessus, une superbe frise dans d’admirables nuances de rose, jaune et violet a traversé le temps pour nous livrer une scène de chasse presque réelle.

Je quitte Virgina, faisant confiance en mon gps. La route que j’emprunte traverse les cultures de coton et les vergers, file vers le sud. Au bout d’une dizaine de kilomètres, je m’aperçois que je suis en direction de l’autoroute et que celle-ci est l’unique possibilité pour rejoindre Thessalonique, les routes secondaires terminant en cul de sac, bloquées par une zone marécageuse. Je suis contraint de faire demi-tour, de parcourir 35 à 40 km supplémentaire. C’est pas le moment, j’ai mal à la tête, j’arrive à saturation de bruit, je commence à rentrer dans un état d’intolérance. Je sens que mon cerveau subit des agressions, cela dure depuis quelques jours. Je crains maintenant pour ma santé. J’ai peur que les acouphènes, que je supporte, dégénère en pathologie irréversible. Il faut absolument que je m’arrête et me mette au calme. Je consulte mon gps qui m’indique la présence d’un hôtel à 8km. Il commence à faire nuit.
L’hôtel est froid et lugubre, tout comme la jeune femme qui m’accueille, mais j’ai pas le choix. La chambre est glaciale, je dois être le seul client de la soirée. Je n’ai qu’une hâte, c’est de dormir.